Accueil
 
Activités de la Maison du Hadj
 
Textes législatifs et réglementaires
 
Guide de la Maison du Hadj
 
Guide du Pèlerin
 
Liste des Pelerins
 
Vidéos
 
Coût du Pèlerinage
 
Programme de formation
 
Informations utiles
 
Contact et Suggestions
 
Lien

SOMMAIRE

INTRODUCTION

L’organisation du pèlerinage musulman dans notre pays remonte au XIIIe siècle, les différents empereurs musulmans tels que Kankou Moussa et Askia Mohamed ont effectué des voyages mémorables dans l’histoire aux Lieux Saints de l’Islam qui ont eu des conséquences aux plans politique, économique et religieux.

Depuis l’indépendance de notre pays, l’Etat a régulièrement organisé le pèlerinage musulman.

En 1999, l’Etat a ouvert le secteur aux promoteurs privés pour permettre aux candidats au pèlerinage d’emprunter la filière de leur choix (filière gouvernementale ou privée).

Il convient de rappeler qu’avant  la création de la Maison du Hadj, le pèlerin rencontrait des difficultés liées à   la dispersion des structures (services visites médicales, inscriptions, opération bancaire, établissement des  passeports) impliquées dans l’accomplissement des formalités administratives du voyage bénit vers les Lieux Saints de l’Islam.

Face à cette situation, l’Etat malien a initié et réalisé un bâtiment devant abriter la Maison du Hadj, dont la pose de la première pierre a eu lieu le Dimanche 16 août 2001 et l’inauguration le vendredi 04 janvier 2002.

La Maison du Hadj a été créée par la loi n° 04-28 du 27 juillet 2004, le décret n° 465/P-RM du 20 octobre 2004 fixe son organisation et ses modalités de fonctionnement.  
 
La mission principale de la Maison du Hadj conformément aux textes ci-dessus cités est de contribuer à l'organisation et à la gestion du pèlerinage et de l’Oumra.

A cet effet, elle est chargée de :

  • appuyer les actions entreprises par les structures impliquées dans l'organisation du pèlerinage ;
  • donner les informations nécessaires aux pèlerins et aux citoyens à travers des émissions télévisées et radiodiffusées et des articles d'information sur les rites à observer aux Lieux Saints de l'Islam.

Le présent guide est élaboré pour préciser, étape par étape les différentes phases des formalités du voyage au Mali, en Arabie Saoudite et les rites du pèlerinage.

1ère PARTIE : LES FORMALITES DE VOYAGE DU PELERIN

Il est institué pendant la campagne du pèlerinage un Guichet Unique à la Maison du Hadj pour une meilleure gestion de ses missions.

Le Guichet Unique comprend :

  • un service d’accueil et d’orientation ;
  • un service médical ;
  • un service d’inscription ;
  • un service bancaire (pour la filière Gouvernementale) ;
  • un service vaccination ;
  • un service passeport ;
  • un service visa ;
  • un service de sécurité ;
  • un service Aéroportuaire ;
  • des stands destinés à l’installation des Agences de Voyages.

La Maison du Hadj joue le rôle de supervision et de coordination entre ces différents services et les organisateurs du pèlerinage (les filières Gouvernementale et Privée) dans le cadre de l’accomplissement des formalités de voyage des pèlerins.

Pour effectuer le voyage béni, le pèlerin doit accomplir certaines formalités au Mali et en Arabie Saoudite.

I. LES FORMALITÉS AU MALI

Toutes les formalités de voyage pour le pèlerinage se font au Guichet Unique de la Maison du Hadj exceptée la radiographie du thorax.

Tous les services et Agences de Voyages impliqués dans l’organisation du pèlerinage sont installés à la Maison du Hadj à l’ouverture de la campagne.

A. FORMALITES D’INSCRIPTION

A son entrée dans l’enceinte de la Maison du Hadj, pour l’accomplissement de ses formalités, le pèlerin pour son inscription, s’adresse dans l’ordre aux services ci-après :

1) Le service d’accueil et d’orientation 

A l'ouverture de la campagne, un service d’accueil et d’orientation, composé des agents des filières Gouvernementale et privée est mis à la disposition des pèlerins.

Ces agents sont chargés d’accueillir les candidats au pèlerinage et de les orienter dans l’accomplissement des formalités qui sont :

  • les visites médicales ;
  • l’inscription ;
  • le versement du coût du pèlerinage ;
  • la vaccination ;
  • l’établissement du passeport ;
  • la pesée des bagages.

Il leur est remis une fiche de renseignement sur les différents frais du pèlerinage.

2) le service médical

Les visites médicales sont obligatoires. Elles permettent de déterminer l’aptitude ou l’inaptitude du candidat à accomplir le pèlerinage.

Pour accomplir les formalités des visites médicales, le pèlerin se dirige vers le service médical installé à la Maison du Hadj. 

Il présente sa carte d’identité aux agents du secrétariat de la santé, il leur communique aussi ses adresses et numéros de téléphone en vue du remplissage des fiches médicales. 

Les fiches médicales comprennent :

  • la visite corporelle ;
  • la prise de sang ;
  • la radio du thorax ;
  • l’électrocardiogramme. 

Dans certains cas le candidat au pèlerinage peut être soumis à un traitement  médical avant son départ ou  pendant son séjour en Arabie Saoudite. 

L’inaptitude du candidat décelée lors des visites médicales l’interdit à effectuer le pèlerinage.

A l’issue des examens médicaux et de la visite corporelle, le médecin délivre au pèlerin apte, un carnet médical.

Le carnet médical comporte :

  • l’état de santé du pèlerin ;
  • le traitement en cours ;
  • le traitement qu’il peut être amené à suivre en Arabie Saoudite ;
  • L’aptitude ou l’inaptitude du candidat à accomplir le pèlerinage.

Le pèlerin déclaré apte est dirigé vers le service de l’inscription.

3) le service de l’inscription

Le service de l’inscription est composé des agents des filières Gouvernementale et privée.

Après la visite médicale, le pèlerin pour sa prise en charge, présente au service de l’inscription :

  • son carnet médical ;
  • sa carte d’identité ou son passeport en cours de validité ;
  • ses  adresses et numéros de téléphone.

Le service de l’inscription remet au pèlerin (de la filière Gouvernementale) une fiche de versement pour la banque.

Les Agences de Voyages communiquent à leurs pèlerins le coût du pèlerinage et les modalités de paiement.

NB : l’inscription du candidat au pèlerinage ne devient effective qu’après le versement du coût du pèlerinage.

4) Le service de la banque

Le pèlerin de la filière Gouvernementale effectue le paiement au guichet de la banque installée à la Maison du Hadj.

Les pèlerins de la filière privée font le versement selon la modalité fixée par chaque organisateur.

Après le versement, le pèlerin retourne présenter au service de l’inscription son reçu bancaire pour confirmer son voyage pour l’Arabie Saoudite.

Le service de l’inscription remet au pèlerin :

  • le guide de la Maison du Hadj ;
  • le guide du pèlerin ;
  • la fiche d’établissement du passeport;
  • la fiche de vaccination.

5) Le service vaccination

Le pèlerin présente la fiche de vaccination au personnel de la santé pour recevoir les doses de vaccin contre les maladies ci-après :

  • Fièvre jaune ;
  • Grippe saisonnière ;
  • Choléra ;
  • Méningite.

6) Le service passeport

Le pèlerin présente la fiche d’établissement du passeport, la photocopie de sa carte d’identité et des photos d’identité aux agents de la police installés à la Maison du Hadj.

Il est remis au pèlerin un formulaire à remplir pour l’établissement du passeport.

Le pèlerin paye le montant du  passeport.

NB : les pèlerins ayant un passeport en cours de validité doivent les déposer au niveau du service de l’inscription ou au service des visas.

7) Le service de visas

Les passeports établis à la Maison du Hadj et les anciens passeports en cours de validité sont remis aux organisateurs pour les formalités de visas.
 

B. FORMATION ET SENSIBILISATION DES PELERINS

Pour mieux outiller le pèlerin dans l’accomplissement des formalités de voyage et  les rites du pèlerinage, la Maison du Hadj organise des séances de formation à l’intention de tous les pèlerins (filières Gouvernementale et privée).

Ces formations sont de deux ordres :

1) formation hebdomadaire

A l’ouverture de la campagne du pèlerinage, il est organisé une fois par semaine une formation théorique et pratique des pèlerins.

- Formation théorique :

Des séances de formation  théorique  portant sur les rites du pèlerinage, les formalités de voyage au Mali et en Arabie Saoudite et les conditions de séjour sur les Lieux Saints de l'Islam sont enseignées aux pèlerins.

- Formation pratique :

  • La Kaaba : la simulation de la Kaaba à la Maison du Hadj permet aux pèlerins d'apprendre à faire les sept tours de cette sanctuaire.
  • Safat et Marwa : ces deux monts représentés à la Maison du Hadj permettent aux pèlerins d'apprendre à faire les sept allers et retours de Safat et Marwa.
  • Stèles de Satan : représentés à la Maison du Hadj, ils permettent aux pèlerins d'apprendre à faire le jet des Jamarates (jet de cailloux au satan).

Tous les pèlerins (filières Gouvernementale et privée) sont conviés à ces séances de formation

2) Formation générale des pèlerins

La formation hebdomadaire est complétée par une formation générale à deux semaines du départ des pèlerins.
Elle vise à consolider les connaissances déjà acquises chez certains pèlerins et à prendre en charge les pèlerins retardataires.
Ces différentes formations sont appuyées par des projections de films sur les rites du pèlerinage et des sketches à la radio et à la télévision.

C. FORMALITES DE DEPART

Après la visite médicale, l’inscription, la vaccination, l’établissement des passeports et l’obtention des visas, les organisateurs du pèlerinage (filières Gouvernementale et privée)  dressent les programmes de la pesée des bagages.

Les compagnies de transport commettent une société d’assistance aéroportuaire qui s’installe à la Maison du Hadj pour s’occuper des formalités de départ des pèlerins.

Ces formalités sont :

1) La pesée des bagages 

Les agents de la société d’assistance aéroportuaire en collaboration avec les agents de la Maison du Hadj et les agents des organisateurs du pèlerinage (filières Gouvernementale et privée) procèdent à la pesée des bagages des pèlerins sur la base des listes des convois.

Après la pesée, il est communiqué au pèlerin le programme de départ pour  l’Arabie Saoudite.

NB :

  • la pesée des bagages a pour but de confirmer le voyage du pèlerin pour l’Arabie Saoudite.
  • la présence de tous les pèlerins pour la pesée  est obligatoire, même de ceux qui  n’ont aucun bagage.

La société d’assistance aéroportuaire assure la sécurité et le transport des bagages pesés de la Maison du Hadj à l’aéroport.

2) Etablissement des manifestes et des billets d’avion

La société d’assistance aéroportuaire procède à l’établissement des manifestes et des billets d’avion après la pesée des bagages.

3) Embarquement des pèlerins

Le Guichet Unique de la Maison du Hadj est transformé en salle d’embarquement au départ des pèlerins pour la Terre Sainte de l’Islam.

Les commodités y afférentes sont mises en place :

  • Un espace d’appel des pèlerins ;
  • Un espace de vérification des passeports ;
  • Un espace aménagé en salle d’attente avec des chaises et un téléviseur écran géant ; 
  • Une salle de fouille ;
  • Un scanner pour vérifier les bagages.

Le jour du départ, les organisateurs procèdent à l’appel des pèlerins par convoi. Il est remis à chaque pèlerin :

  • Son passeport ;
  • Son billet d’avion ;
  • Un foulard d’identification ;
  • Un bracelet d’identification ;
  • Le numéro de sa chambre à Médine et à La Mecque.

Après toutes ces formalités, les pèlerins sont transportés par car pour l’Aéroport International de Bamako Sénou en vue de leur départ pour l’Arabie Saoudite.

II. LES FORMALITÉS EN ARABIE SAOUDITE

Il est à préciser qu’en Arabie Saoudite, les formalités de voyage sont essentiellement accomplies par les organisateurs, les pèlerins ne s’occuperont que de leurs actes d’adoration.

Ces formalités sont :

1. L’aéroport de Médine et de Djeddah

La plupart des pèlerins maliens atterrissent à l’Aéroport International de Médine.

Cependant, certains pèlerins peuvent atterrir à l’aéroport Pèlerins de Djeddah avant de regagner Médine ou La Mecque par car.

A l’arrivée, les pèlerins sont accueillis par les membres de l’encadrement des organisateurs  (filières Gouvernementale et privée).

Les membres de l’encadrement aident les pèlerins à accomplir les formalités d’entrée en territoire saoudien qui sont entre autres :

  • Le remplissage des formulaires d’identification ;
  • La vérification des passeports et des visas ;
  • Le paiement de différentes taxes saoudiennes ;
  • Les formalités douanières.

Il convient de rappeler que ces vérifications prennent beaucoup de temps compte tenu du nombre important de pèlerins qui arrivent à l’aéroport pendant cette période.

Une fois les formalités de l’aéroport remplies, les pèlerins sont conduits par car à leurs résidences.

Les passeports sont retirés aux pèlerins par le Bureau des Agences Unies et ils sont transmis au Bureau des Passeports de Médine pour traitement.

2. Le Bureau des Passeports de Médine

Ce bureau est chargé de la gestion des passeports et du transport vers la Mecque des pèlerins non arabes, exceptés les nigérians.

Après le séjour de Médine, les pèlerins regagnent La Mecque par car.

Les formalités du voyage pour La Mecque sont accomplies par les membres de la sous commission transport de l’encadrement.

3. La Sous Commission Transport de l’Encadrement

Elle s’occupe de :

  • trier les passeports par car
  • établir la liste des pèlerins par car ;
  • faire la commande des cars ;
  • afficher le programme de départ ;
  • afficher les listes dans les résidences ;
  • embarquer des pèlerins sur La Mecque.

Il est recommandé aux pèlerins de se laver et de porter leur tenue de sacralisation (l’ihram) dans leurs résidences de Médine.

Ils s’arrêteront en cours de route, à Zoul Houleyfa pour prendre l’intention d’accomplir les rites du pèlerinage (Hadj ou Oumra).

4. La Mecque

Les formalités à La Mecque sont accomplies par le Bureau du Guide des Maliens.

Ce bureau est chargé de :

  • La gestion des passeports ;
  • Le transport des pèlerins pendant la phase rituelle ;
  • La délivrance des cartes de circulation entre La Mecque, Médine, Djeddah et les lieux des rites du pèlerinage (Mina-Mouzedalifa-Arafa).
  • Le transport des pèlerins à L’Aéroport Pèlerins de Djeddah au moment de leur retour pour leur pays.

Les pèlerins sont accueillis à leur arrivée à La Mecque par les organisateurs et conduits à leurs résidences.

Ils accomplissent l’Oumra et attendent le 8ème jour du mois de Zoul Hidja qui correspond au début  du pèlerinage.

Ce jour, les pèlerins portent leur tenue de sacralisation (l’ihram) dans leurs résidences à La Mecque.

Ils quittent La Mecque par car pour Mina.

NB : pendant la phase rituelle (La Mecque-Mina-Arafat-Mouzdalifa-Mina-Mecque), la priorité est accordée aux femmes d’être transportées en premier lieu.

Le jour suivant qui correspond au 9ème jour du mois de Zoul Hidja, les pèlerins vont à Arafat.
Ils y passent toute la journée.

Le même jour, ils reviennent à Mouzdalifa au coucher du soleil et y passent la nuit.

Le lendemain qui correspond au 10ème jour du mois de Zoul Hidja,  ils se dirigent vers Mina pour la lapidation du Grand Satan.

Après la lapidation de Satan, certains pèlerins se dirigent directement  vers La Mecque pour effectuer leur tawaf Ifada ou tawaf du pèlerinage (sept tours de la Kaaba et de Safa et Marwa).

Ces rites accomplis, ils retournent immédiatement à Mina (ils ne doivent pas dormir dans les résidences à La Mecque).

Après le séjour de Mina, les pèlerins rentrent définitivement à La Mecque. Ceux qui n’ont pas fait leurs tawaf Ifada le feront.

Quand le jour du retour est fixé, tous les pèlerins accomplissent le tawaf d’au revoir pour rentrer au pays.

III. Le retour des pèlerins au Mali

1. La pesée des bagages

Les compagnies de transport commettent une société pour la pesée des bagages selon le programme du retour.

La pesée se fait conformément aux poids indiqués dans le cahier des charges.

NB :

  • Les pèlerins doivent prendre soin d’écrire leurs adresses compètes sur leurs bagages ;
  • les excédents de bagages peuvent être transportés par voie de fret.

2. Les formalités de départ à Djeddah

Les formalités sont accomplies par les membres de la sous commission transport de l’encadrement.

Elle s’occupe de :

  • trier les passeports par car
  • établir la liste des pèlerins par car ;
  • faire la commande des cars ;
  • afficher le programme de départ ;
  • afficher les listes dans les résidences ;
  • embarquer les pèlerins vers l’Aéroport Pèlerin de Djeddah pour le retour au pays.

3. L’Aéroport Pèlerin de Djeddah

Le jour du départ, les pèlerins  quittent La Mecque et regagnent par car l’Aéroport  Pèlerins de Djeddah.

A leur arrivée, ils sont accueillis par les membres de l’encadrement, qui les installent dans un espace réservé à cet effet.
Ils les assistent à accomplir les formalités de départ (remplissage des fiches d’embarquement, remise de boarding pass et passeports).

 NB :

  • Chaque pèlerin doit prendre garde de son passeport jusqu’à bord de l’avion ;
  • Le bagage à main ne doit pas dépasser 1O kilogrammes ;
  • Tout pèlerin qui aurait perdu son passeport ne pourra pas effectuer le voyage.
  • L’Aéroport International de Bamako Sénou  

Arrivés à l’aéroport international de Bamako Sénou, les pèlerins sont accueillis par les responsables de la Maison du Hadj.

Ils sont ensuite transportés par bus à la Maison du Hadj où ils seront reçus par leurs parents.  

IV. RESTITUTION DES BAGAGES

La restitution des bagages se fait par l’assistance aéroportuaire commise par la compagnie de transport à la Maison du Hadj sur présentation des documents de voyage (passeport, coupon des bagages et billet d’avion) suivant un programme établi par la Maison du Hadj à cet effet .

NB : Les réclamations de perte de bagages sont adressées à l’assistance aéroportuaire.

2ère PARTIE : PRESENTATION ET RITES DU PÈLERINAGE ÉTAPE PAR ÉTAPE

AU NOM D’ALLAH, LE TOUT MISÉRICORDIEUX, LE TRES MISÉRICORDIEUX

1. PRESENTATION DU PELERINAGE

II existe trois manières d'accomplir le pèlerinage. Il est obligatoire à toute personne désirant l’accomplir d'en choisir une.

LES TROIS TYPES DE PÈLERINAGE

1. ATTAMATOU'OU

Il s’agit d’accomplir l'Oumra et le Hadj ensemble avec la possibilité de jouir d'une vie normale entre les deux.
II consiste à se sacraliser (porter la tenue du hadj) pour l'accomplissement de l'Oumra pendant les mois du pèlerinage qui sont : (Chawwal, Zoul Ka'da et les 10 premiers jours du mois de Zoul Hidja.
 
Le pèlerin jouissant dit :
« Labaïka Umratan moutamatian biha ilal Hadji » : « Me voici pour l'accomplissement de l'Oumra avec l'intention de jouir d'une vie normale jusqu'au Grand Pèlerinage ».

La Oumra prend fin après que le pèlerin ait effectué le Tawaf (sept tours de la Kaaba) et le Sa'y (course entre le mont Safa et le mont Marwa) et s'être coiffé la tête. A partir de ce moment, lui sont autorisés tous les actes normalement interdits au pèlerin pendant la période de la sacralisation.
Le 8 du mois de Zoul Hidja, il se sacralise à nouveau pour le grand pèlerinage à partir de sa résidence et se dirige vers Mina pour achever les rites de son pèlerinage. Il sera donc tenu de sacrifier un mouton. Mais, quand il n’a pas financièrement le moyen, il est tenu de jeûner 3 (trois) jours pendant le pèlerinage et 7 (sept) jours quand il sera de retour chez lui.

2. AL QHIRAN

Il s’agit d’accomplir I’Oumra et le Hadj ensemble sans possibilité de jouir d'une vie normale entre les deux.
II consiste à se sacraliser pour l'accomplissement de l'Umra et du Hadj ensemble sans possibilité de jouir d'une vie normale entre les deux.

Le pèlerin dit alors :
« Labaïka Allahouma Umratan wa Hadjan » : « Me voici Allah pour l'accomplissement de l'Oumra et du Grand Pèlerinage ».

Quand il arrive à La Mecque, il effectue le Tawaf Koudoum (le Tawaf d'arrivée) et accomplit un seul Sa'y, valable aussi bien pour l'Oumra, que pour le Hadj.

Il est tenu alors de rester dans sa tenue de sacralisation sans possibilité de jouir d'une vie normale.
Le 8 de Zoul Hidja le pèlerin se rend aux différents Lieux Saints (Mina, Arafa et Muzdalifa) pour achever le reste du Grand Pèlerinage.
Il est tenu de sacrifier un mouton. Quand il n'a pas financièrement le moyen, il est tenu de jeûner 3 (trois) jours pendant le pèlerinage et 7 (sept) jours quand il sera de retour chez lui.

3. IFRAD

Il s’agit d’accomplir le Hadj uniquement. II consiste à se sacraliser uniquement pour l'accomplissement du Hadj.
Quand le pèlerin arrive au Miquate (lieu indiqué par le Prophète Bénit soit-il pour porter
la tenue de sacralisation), il dit : « Labaïka Hadjan » « Me voici pour l'accomplissement du Hadj ».

Quand il arrive à La Mecque, il effectue le Tawaf d'arrivée et accomplit le Sa'y pour le Hadj. Il reste dans sa tenue de sacralisation jusqu'à l'accomplissement complet des rites du pèlerinage.
Il n'est tenu dans ce cas d'aucun sacrifice, parce que n'ayant pas accompli l'Oumra et le Hadj ensemble.

Le meilleur type de pèlerinage parmi les trois ci-dessus cité, est celui qui permet de jouir d'une vie normale entre l'Oumra et le Hadj : « Le Tamatou'ou ».
Il est d'ailleurs le type de pèlerinage recommandé par le Prophète (Béni soit – il) à ses compagnons (qu’Allah les agrée).

LIEUX DE LA SACRALISATION (MAWAQUITE) ET HORAIRES DE LA TALBIYA

LA SACRALISATION

Il consiste à porter un vêtement spécifique pour le pèlerinage.
Le Prophète (Béni soit - il) a déterminé 5 endroits, suivant le pays de provenance des pèlerins pour la sacralisation.
Il incombe donc à toute personne ayant l'intention d'accomplir l'Oumra ou le Hadj, de porter sa tenue de sacralisation à partir de l'un de ces 5 endroits ; le Prophète a dit à cet effet : « Ces endroits fixés sont valables aussi bien pour leurs habitants, que pour tous ceux qui n’en sont pas originaires mais qui empruntent les mêmes voies qu'eux pour l'accomplissement du Hadj et de l'Oumra». (Bukhari et Muslim).

LIEUX DE LA SACRALISATION

Ils sont au nombre de cinq (5) :

1. Zoul Houleyfa :

C'est le lieu de sacralisation des Médinois et de tous ceux qui empruntent la même voie que les médinois ; il est aujourd'hui connu sous le nom de « Abyar Aly ». Il est situé à 420 Km de la Mecque.
Les pèlerins maliens qui commencent leur séjour par Médine, se sacralisent à partir de Zoul Houleyfa.

2. Al Djouhfa :

C'est le lieu de sacralisation des habitants du Cham (une ville de la Syrie), du Maroc et de l'Egypte et de tous ceux qui empruntent la même voie qu'eux. Il est situé tout près de la ville de « Rabigh ». De nos jours, les pèlerins portent leur tenue de sacralisation à partir de cette même ville (Rabigh). Il est à 183 Km de La Mecque.

3. Quarnoul Manâzil :

C'est le lieu de sacralisation des habitants de Nadjd et de tous ceux qui empruntent la même voie qu'eux. Il est connu aujourd'hui sous le nom de : Assayloul Kabirou. Il est situé à 75 Km de La Mecque.

4. Yalamlam :

C'est le lieu de sacralisation des habitants du Yémen et de tous ceux qui empruntent la même voie que ceux –ci. De nos jours, les pèlerins portent leur tenue de sacralisation à partir de « Assa'dyatou » qui est à 92 Km de La Mecque.

5. Zâtou Irk :

C'est le lieu de sacralisation des habitants de l'Irak et de tous ceux qui empruntent la même voie que ceux -ci, il est situé à 94 km de La Mecque.

Les habitants de La Mecque (y compris les résidants de La Mecque, mais non originaires) se sacralisent à La Mecque pour le Grand Pèlerinage. Mais pour l'Oumra, ils doivent porter leur tenue de sacralisation hors des limites de la Sainte Kaaba (le haram), à « Tane îme » par exemple.

Les pèlerins dont les résidences sont en deçà des endroits indiqués, tels que Djeddah, Moustawrad, Badr, Bahrat, Oumou-as salam et charrâî-i, peuvent se sacraliser à partir de leur résidence ou à partir des lieux où ils formuleront l'intention d'accomplir le Hadj ou l'Oumra.
Il est obligatoire à toute personne ayant l'intention d'accomplir l'Oumra ou le Hadj, et qui passe par l'un des ces endroits, de s'y arrêter pour se sacraliser.
Par conséquent, toute personne ayant dépassé volontairement un de ces endroits sans s'y sacraliser, est tenu d'y retourner pour porter sa tenue de sacralisation. A défaut, il sera tenu de verser du sang (immolation) en guise de réparation : un mouton qu'il égorge à La Mecque et dont la viande sera partagée entre les pauvres.
Après la sacralisation, le pèlerin commence à réciter la Talbiya.

Formule de la Talbiya :

« Labbaïka Allahoumma labbaïka, Labbaïka là charîka Iaka labbaïka, innal hamda wan nièmata Iaka wal moulka lâcharika Iaka »

HORAIRES DE LA TALBIYA

  • Pour l'Oumra, il va du moment de la sacralisation jusqu'au moment du commencement du Tawaf.
  • Pour le Hadj, il va du moment de la sacralisation jusqu'au moment du lancement des pierres de Aqaba (le matin du jour de la fête du Tabaski).

ACTES PERMIS AU PÈLERIN PENDANT LA SACRALISATION

Il est permis au pèlerin en état de sacralisation de :

  • porter une montre, un écouteur, des chaussures, des lunettes, une ceinture et un porte feuille ;
  • se protéger contre le soleil par le parasol, l’ombre du toit d’une voiture ;
  • le port d’un bagage ;
  • la protection des plaies par les bandes ;
  • le changement, le nettoyage de la tenue de sacralisation et le lavage de la tête ou du corps (si une chevelure tombe involontairement lors du lavage, aucune réparation n’est exigée).

ACTES INTERDITS AU PÈLERIN PENDANT LA SACRALISATION

A partir de la sacralisation aux endroits indiqués, certains actes sont interdits aux pèlerins (qu'il s'agisse de l'Oumra ou du Hadj) :

  • Se coiffer les cheveux ou se tailler les ongles, mais quand une partie de la chevelure ou un ongle tombe de lui même ou si le pèlerin coupe une partie de sa chevelure ou un de ses ongles involontairement ou en méconnaissance de la règle applicable en la matière, il n'est tenu à aucune réparation.
  • Se parfumer le corps ou le vêtement, mais, lorsque le corps sent bon à cause d'un parfum que le pèlerin a dû toucher ou utiliser avant la sacralisation, il n'est soumis à aucune réparation. Mais lorsqu'une trace du parfum se trouve sur son vêtement, il doit le laver.
  • Se couvrir la tête (il s’agit des hommes) par la tenue de sacralisation ou par toutes autres choses qui pourraient voiler la tête tels que le châle, le turban. Mais, lorsque le pèlerin couvre la tête sans s'en rendre compte ou en méconnaissance de la règle applicable en la matière, il n'est tenu à aucune réparation, sauf qu'il doit l'enlever lorsqu'il s'en rendra compte ou  prendra connaissance de la règle juridique en la matière.
  • Porter des habits cousus (il s’agit des hommes) pouvant couvrir tout le corps ou en partie tels que la chemise, le pantalon, le burnous, mais lorsque le pèlerin ne dispose d'aucun pagne, II lui est alors permis de porter un pantalon, de même, il lui est permis de porter les pantoufles lorsqu'il ne dispose pas de sandales.
  • Promettre ou conclure un mariage pour lui-même ou pour autrui, se livrer au rapport sexuel pour en tirer jouissance. A cet effet, Uthman (Qu'Allah l'agrée) rapporte du Prophète (Béni soit-il) : « En situation de sacralisation, il est interdit au pèlerin de marier, de se marier et de faire une promesse de mariage »
  • Il est interdit aux femmes pendant la sacralisation de porter les gans à la main ou de couvrir le visage par le voile. Mais quand elles se trouvent face aux hommes étrangers, elles sont tenues alors de se voiler le visage comme d'habitude.
  • Il est ensuite interdit au musulman qu'il soit en état de sacralisation ou non de ramasser une chose à terre dans la ville Sainte de La Mecque tels que les monnaies, l'or et l'argent, sauf s'il a l'intention d'en identifier le propriétaire.
  • Il est interdit à tout musulman et à toute musulmane, en état de sacralisation ou non de tuer ou de faire la chasse au gibier ou même d'aider quelqu'un dans ce sens à l'intérieur du périmètre du Haram (périmètre sacré de La Mecque). En outre, il est formellement interdit à tout musulman en état de sacralisation de faire la chasse au gibier à l'intérieur et à l'extérieur du périmètre du Sanctuaire de la Kaaba.
  • Il est interdit au musulman en état de sacralisation ou non de couper les arbres du Harem ou d'en cueillir les fruits qui existent sans l'intervention humaine.
  • Le pèlerin, après s’être sacralisé au lieu indiqué à cet effet, se dirige vers La Mecque pour effectuer les rites. Il continue de réciter dans la mesure du possible, la Talbiya en cours de route jusqu’à son arrivée à La Mecque.

II. LES RITES DE L’OUMRA ET DU PELERINAGE ETAPE PAR ETAPE

A. L’OUMRA

Après la sacralisation à l’un des endroits ci-dessus indiqués, le pèlerin se dirige vers La Mecque pour accomplir les rites de l’Oumra. Il commence par le Tawaf.

1. LE TAWAF

Quand le pèlerin arrive à La Mecque pour l'Oumra, il lui est suggéré de prendre un bain rituel, ensuite de se rendre à la Sainte Mosquée où est situé le Sanctuaire de la Kaaba en vue d'accomplir les rites du Tawaf.
Lorsqu'il se rend à la Sainte Mosquée sans se laver rituellement, il ne commet aucune faute.
Le pèlerin doit en rentrant dans la Sainte Mosquée faire passer en premier, son pied droit, Il dit : « AOUZOU BIL LAAHIL AZIME WA WADJHIHIL KARIM, WA SOULTANIHIL QUADIM MINA CHAÏTANI RADJIM. ALLAHOUMMA IFTAHLY ABWABA RAHMATIKA » : « Je cherche refuge auprès d'Allah, le Majestueux par sa face honorée et son autorité éternelle contre satan le lapidé, Oh Allah ouvre-moi les portes de ta miséricorde ».

Cette prière est prescrite à l'entrée de toutes les mosquées.

Le pèlerin, une fois rentré dans la Sainte Mosquée, fait ce qui suit :

  • II se dirige vers le Sanctuaire de la Kaaba pour accomplir le Tawaf.

Il est de la tradition du Prophète (Béni soit-il) à l’intention des hommes en état de sacralisation, de se dévoiler l’épaule droite et d'accélérer la marche si possible pendant les trois premiers tours du Tawaf d'arrivée ( Tawaf qoudoum) à l'exclusion des autres Tawafs.

Le Prophète (bénit soit il) faisait de la manière suivante : il dévoilait son épaule droite en maintenant le centre de la tenue sous le bras droit, les deux cotés sur son épaule gauche.

  • Il procède au Tawaf, c'est-à-dire, effectuer sept tours de la Kaaba, en commençant par la Pierre Noire. Si le pèlerin a pu s'arrêter près de la Pierre Noire pour l'embrasser, sans bousculer, pousser, frapper, insulter ou gêner les autres, tant mieux ! Sinon, il lui suffit de lui faire un geste de loin et sans s'arrêter en disant : Allâhou Akbar.
  • II continue avec les sept tours de la Kaaba, II doit s'abstenir de gêner les autres ou d'élever la voix ; il peut réciter la prière ou l'invocation de son choix.
  • Quand il arrive à l'angle Yéménite de la Kaaba, il le touche de la main si possible, il ne doit ni s’y frotter, ni l'embrasser comme le font certaines personnes en contradiction de la tradition du Prophète (Béni soit- il).

Description de la KabaA défaut de toucher l'angle yéménite, le pèlerin continue son Tawaf sans faire un signe à sa direction ou de dire Allâhou Akbar.

Il est de la tradition du Prophète (Béni soit-il) de réciter entre l'angle yéménite et la Pierre Noire pendant le Tawaf, le verset suivant : « RABBANA ATINA FIDDOUNYA HASSANATANE WAFIL AKHIRATI HASSANATAN WAQUINA AZA-BANNAR » Chapitre 2 verset 201 (La Vache) : « Seigneur accorde nous une belle part ici-bas et une belle part dans l'au-delà et protège nous du châtiment de l'enfer ».

  • Ainsi le pèlerin achève son Tawaf de cette manière, c'est-à-dire, effectuer sept tours de la Kaaba, en commençant chaque tour par la Pierre Noire et le finissant par elle.

OBSERVATIONS PENDANT LE TAWAF

  • Certaines personnes accomplissent le Tawaf à l'intérieur du Hidjr (demi cercle contigu à la Kaaba) qui est une partie intégrante de la Kaaba, alors que le Tawaf doit être effectué autour de la Kaaba, donc le tawaf doit être fait à l'extérieur du Hidjr à défaut, il est nul.
  • Toucher tous les angles, voire les murs et les rideaux de la Kaaba, la Station d'Abraham et s’y frotter contre eux sont interdits ; ils font partis des innovations qui n'ont aucun fondement dans la législation musulmane et dans la tradition du Prophète (Béni soit-il)
  • Bousculade des hommes et des femmes pendant le Tawaf, surtout au niveau de la Pierre Noire et de la station d'Abraham.

ACTES A ACCOMPLIR APRES LE TAWAF

Après avoir fini le Tawaf, le pèlerin fait ce qui suit :

  • recouvrir l'épaule droite.
  • Accomplir deux Rakats derrière la station d'Abraham (Béni soit-il) si possible, à défaut, il peut accomplir ces deux Rakats dans tout autre endroit dans la Sainte Mosquée.

Il s'agit là d'une sunna (tradition) recommandée qui s’effectue de la manière suivante :

  • Il récite dans la prière de la première Rakat après la récitation de la sourate Fâtiha, la sourate d'Alkafirouna (les infidèles, sourate 109) ;
  • Dans la deuxième Rakat après la récitation de la sourate Fâtiha, la sourate de Ikhlasse (le monothéisme pur, sourate 112).

Aucune interdiction n'est faite de la récitation d'autres sourates que les deux sourates citées ci-haut.

  • boire l’eau de Zam-Zam, c’est une pratique recommandée, elle n’est pas obligatoire.

Après cela, le pèlerin se dirige vers Safa et Marwa pour accomplir le Say.

2. LE SA'Y

Le SA'YAprès l'accomplissement du tawaf, le pèlerin se rend à Safa pour commencer le Sa'y, les sept tours de marche entre le mont Safa et le mont Marwa.
A chaque fois que le pèlerin s’approche de Safa, il récite comme l'a dit Allah exalté soit-il : « Inna safâ wal marwata min cha-âirillahi faman hadja al bayta awi’tamara fala djounâha aleyhi an yattawafa bihimâ wa man tatawa’a khaïran fa ina Allaha  châkiroun alîmoun» : « As-safa et AI-Marwa sont vraiment parmi les lieux sacrés d'Allah. Donc quiconque fait le pèlerinage de la Maison ou fait l’Oumra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est reconnaissant, Omniscient. ». Sourate 2 verset 158 (la vache)

Il monte le mont Safa, s'y arrête en faisant face à la Kaaba, en disant :
Al Hamdoullilahi, Allahou Akbar trois fois.
Il récite et multiplie les prières en levant les mains et en disant : « LA ILAHAILLA LLAH WAHDAHOU LA CHARIKA LAHOU. LAHOUL MOULKOU WA LAHOUL HAMDOU WAHOUWA ALA KOULLI CHAÎNE QUADIROUNE. LA ILAHA ILLA LLAHOU WAHDAHOU AN DIAZA WA’ADAHOU WA NASSARA ABDAHOU WA HAZAMAL AHZABA WAHDA-HOU » : « point de divinité sauf Allah, II n'a pas d'associé. A Lui la royauté et la gloire. Il peut tout faire, point de divinité sauf Allah, II est le dieu Unique, II a réalisé sa promesse, a apporté la victoire à son esclave et a vaincu tout seul les factions». II répète cette invocation trois fois.
 
S'il récite cette invocation à un nombre inférieur à trois fois, il ne commet pas de faute. Il peut aussi réciter l'invocation de son choix. Cependant, il ne doit pas lever les mains lorsqu'il est dans la situation de l'invocation, il ne doit pas non plus faire un signe quand il récite Allahou Akbar (faire un signe des deux mains est l'une des erreurs commises par certains pèlerins).

Le Mont SafaIl descend ensuite le mont Safa pour se rendre en marchant vers le mont Marwa, il récite l'invocation de son choix pour lui même, pour sa famille et pour l'ensemble des musulmans. Quand il arrive à la ligne verte, il presse le pas si possible (cela ne concerne que les hommes) jusqu'à la deuxième ligne verte. Il reprend, après la ligne verte, la marche normale vers Marwa.

Quand il arrive à Marwa, il fait face à la Kaaba et reprend la même invocation qu'il récitait lors de la montée du mont Safa, sans pour autant reprendre la récitation du verset précité. Il lui est aussi permis de faire toutes les invocations de son choix sur Marwa.
Il continue la marche vers Safat. Arrivé à la ligne verte il presse le pas à ce niveau, si possible, jusqu'à la deuxième ligne verte, il continue le reste du trajet par la marche ordinaire jusqu'à ce qu'il monte le mont Safa (cela ne concerne que les hommes) .

Il continue de cette manière jusqu'à l'accomplissement total du Sa'y c'est-à-dire jusqu'à l'accomplissement des sept tours. Chaque aller de Safa à Marwa est un tour et chaque retour de Marwa à Safa est un autre tour.

NB : Il n'y a pas de mal à ce qu'une personne très épuisée ou souffrante effectue son Sa'y dans une chaise roulante.

Il est permis aux femmes en menstruations ou en couches d'effectuer le Sa'y sans leTawaf. (parce que le lieu du Sa 'y n'est pas une partie intégrante de la Sainte Mosquée)
Parmi les irrégularités fort répandues : il ya le fait, pour les femmes d'accélérer la marche entre les deux lignes vertes lors du Sa'y.

Quand le pèlerin termine le Say, il se coiffe ou se rase, il laisse le vêtement de la sacralisation au cas s’il a choisi le type du pèlerinage « Tamatou’ou ».

Ainsi, l’Oumra prend fin, il lui est alors permis les actes ci-dessus interdits.
Le pèlerin attend alors le huitième jour de Zoul Hidja pour effectuer le Hadj.

B. LE PELERINAGE  
(huitième jour de zoul hidja, jour de tarwiya)

Les travaux du Hadj commencent le huitième jour du mois de Zoul Hidja, le pèlerin jouissant se sacralise ce jour dans la matinée après que le soleil se soit levé.

Avant de porter la tenue de la sacralisation, il doit reprendre tous les actes qu'il avait accomplis avant de se sacraliser pour l'accomplissement de l'Oumra, tels que prendre le bain rituel, se parfumer et prier.

Les pèlerins du Quarine (celui qui accompli l'Oumra et le Hadj ensemble et sans possibilité de jouissance entre eux) et les pèlerins du Moufrid (celui qui accomplit uniquement le Hadj) sont déjà dans leurs tenues de sacralisation. Le pèlerin Moutamati’ou se sacralise du lieu où il habite. Ils se rendent tous à Mina.

Il appartient à celui qui habitait déjà Mina avant le jour du Tarwiya, de porter sa tenue de sacralisation à partir de Mina dans la matinée, après que le soleil se soit levé.

1. MINA

Tous les pèlerins, Moutamati'ou, Quarine et Moufrid se rendent à Mina avant midi. Ils y accomplissent les prières de Zhouhr, d'Asr, de Maghrib et de Icha', chacune à son heure habituelle, en réduisant les prières de quatre (4) Rakats à deux (2) Rakats.

Ils y passent la nuit du neuvième jour de Zoul Hidja. Le matin, après la prière de Fadjr, ils se rendent à Arafat.

Au levé du soleil tous les pèlerins se rendent directement à Arafat, dans le calme et la tranquillité tout en récitant la Talbiya, les invocations de leurs choix, les versets du Saint Coran.

2. LE JOUR D'ARAFAT (Neuvième jour de Zoul Hidja)

ArafatS'arrêter à Arafat est un des piliers du pèlerinage, sans lequel le pèlerinage demeure non valable. Le Prophète (béni soit- il) a dit à cet effet : « Le pèlerinage c'est le jour de Arafat » rapporté par Al Tirmizy.

Le jour d’Arafat est le meilleur des jours que l'humanité ait connu.

C'est le jour pendant lequel les pèlerins se dirigent vers le mont d’Arafat. Où les fidèles musulmans s'arrêtent de midi (le moment de l'appel à la prière de Zhouhr) au coucher du soleil.

C'est aussi le jour pendant lequel Allah fait descendre les anges pour augmenter le nombre des pèlerins.
Bukhari a rapporté de Aïcha (Qu'Allah l'agrée) que le Prophète (Béni soit-il) a dit :
« II n'y a pas de jour où Allah affranchit les hommes de l'enfer plus que le jour de Arafat, c'est le jour pendant lequel Allah Exalté soit-il- se rapproche de ses serviteurs et augmente leur nombre par les anges. Il dit Exalté soit – il, aux anges : qu'est ce que ceux-ci veulent ? Ils veulent, disent les anges à Allah, Ta grâce et Ta bonté. 

Le pèlerin rentre dans le périmètre d’Arafat et y reste jusqu'au coucher du soleil.
De nos jours, il y a beaucoup de panneaux d'indication pour déterminer les limites d’Arafat.
Tout endroit du périmètre d’Arafat est un lieu de stationnement, de prières et d’invocations.
En se jour béni, le pèlerin doit se consacrer à la prière, à la lecture du Saint Coran et à l’invocation d’Allah, l’implorant pour lui-même, pour sa famille, ses frères musulmans et son pays.

Quand il est temps d'accomplir la prière de Zohr (prière de 14 heures), l'Imam dirige cette prière avec celle  de Asr (prière de 16 heures) réunies et raccourcies, avec un seul Azâne (Appel à la prière) comme l'a fait le Prophète (Béni soit-il). l'Imam rappelle les fidèles de leur seigneur dans un discours,
Le pèlerin ne doit accomplir aucune prière avant, ni entre ces deux prières, ni après.

Les pèlerins doivent, en ce jour béni, éviter tout acte illicite qui pourrait gâcher leurs récompenses venant d'Allah.

LES IRREGULARITES COMMISES LE JOUR D’ARAFAT

 II convient de rappeler que beaucoup de pèlerins commettent des irrégularités le jour de Arafat, il s'agit de :

  • Quitter Arafat et joindre les résidences ou de passer la journée en dehors du périmètre jusqu’au coucher du soleil, pour ensuite se rendre à Muzdalifa. Le pèlerinage de celui qui commet une telle irrégularité est invalide.
  • Quitter Arafat avant le coucher du soleil est en contradiction flagrante avec la tradition du Prophète (Béni soit-il).
  • Se bousculer en montant le mont d’Arafat en vue de s'arrêter au sommet et de s’y frotter ou pour y accomplir une prière. Ces pratiques constituent des innovations qui n'ont aucun fondement juridique. Ce qui est correct et conforme à la tradition du Prophète c'est de faire face à la Kaaba au moment de la récitation des invocations.
    Au coucher du soleil, le pèlerin quitte Arafat pour se rendre à Mouzdalifa.

3. MOUZDALIFA AU COUCHER DU SOLEIL

MouzdalifaLes pèlerins se dirigent grâce à Allah vers Muzdalifa pour y accomplir dès leur arrivée les prières de Maghrib et d'Ich'a réunies et raccourcies avec un seul Azane (appel à la prière) et deux Iiquâmats et y passent la nuit en récitant la Talbiya, en se rappelant d'Allah, en lui remerciant pour le mérite qu'ils ont tiré de leur participation au stationnement à Arafat.
Il est permis aux femmes, aux faibles et aux enfants ainsi qu'à ceux chargés de les accompagner de rentrer à Mina après minuit.

Après avoir accompli la prière de Fadjr, il est suggéré au pèlerin de s'arrêter à Mach'Aril Haram, une colline à Muzdalifa (à défaut, il peut s'arrêter partout à Mouzdalifa) et de faire face à la Kaaba en multipliant les invocations dans la mesure de son possible.

Il quitte Muzdalifa avant le lever du soleil pour se diriger vers Mina. Au cours de ce trajet, il ramasse les cailloux, (sept petits cailloux) un peu plus gros que le grain de «Himse» (pois chiche) dont il se servira pour accomplir le jet des pierres de (Al Jamaratoul  Koubra)  (la grande stèle de Satan).

Il continue sa route vers Mina en toute humilité et en récitant les invocations notamment celle de la Talbiya :

Labaïka Allahoumma Labbaïka - Labbaïka Lâcharîka Iaka labbaïka - Innal hamda wan Nièmata Iaka wal Moulka la charîka Iaka.

Il continue le trajet jusqu’à atteindre l’endroit où se trouve les Jamarates à Mina.

Arrivée à Mina où se trouvent les Jamarats, le pèlerin ce jour, procède seulement au lancement des pierres de la Grande stèle de satan, qui se trouve en troisième position par rapport aux deux autres Jamarates.

Il peut ramasser, les jours suivants, le reste des pierres à Mina pour le lancement des trois Jamarates.

LES IRREGULARITES COMMISES A MUZDALIFA

A ce niveau, il convient d'énumérer certaines irrégularités que certains pèlerins commettent à leur arrivée à Muzdalifa :

  • Partir à la recherche des cailloux avant l'accomplissement des deux prières de Maghrib et d’Icha'a ensemble et raccourcies.
  • Croire que tous les cailloux ne peuvent être ramassés qu'à Muzdalifa.
  • Laver les cailloux, parce qu'aucune information authentique ne prouve que le Prophète les a lavés.

4. LA FETE DE TABASKI

Le 10ème jour de zoul hidja, les musulmans, partout dans le monde entier célèbrent, ce jour la fête de Tabaski, contents et joyeux pour les bienfaits d’Allah - Exalté soit-il.

5. LE LANCEMENT DES PIERRES DE JAMRATOU

Les pèlerins ayant quitté Muzdalifa, après la prière de fadjr se dirigent vers Mina pour la lapidation de satan.
Le lancement des pierres se fait une à une et le pèlerin doit dire Allahou Akbar au moment de lancer chaque pierre.

  • Le 10ème jour de Zoul Hidja : pendant ce jour, seule la Grande Jamarate   est lapidée.

Après avoir terminé le lancement des pierres de la Grande Jamarate, les pèlerins doivent glorifier Allah en récitant : Allahou Akbar, Allahou Akbar - Là illâha illâ llâhou - Allahou Akbar walli lahill Hamdou, en ce jour, qui est la fête de Tabaski.

  • Le 11ème et 12 ème jour de Zoul Hidja, ainsi que le 13ème jour (s’il  ya lieu) les trois jamarates sont lapidées.

II est de la tradition du Prophète (béni soit-il), le fait pour le pèlerin de s'arrêter après le lancement de la petite Jamarate, (en 1ère position) et la moyenne Jamarate (en seconde position) de faire face à la Kaaba, en levant les mains tout en implorant Allah par l'invocation de son choix.

Après le lancement de la grande Jamarate c'est-à-dire la Jamarate El Aquaba (dernier lancement) le pèlerin ne doit pas s'arrêter pour faire des invocations.

Ceux qui veulent rentrer à La Mecque le 12ème jour de Zoul Hidja, doivent quitter Mina avant le coucher du soleil après avoir fait le lancement des trois Jamarates.
 
Si le coucher du soleil les trouve à Mina, ils doivent impérativement y passer la nuit et faire la lapidation du 13ème jour, sauf s’ils étaient déjà prêts à quitter au bout de 2 jours. Dans ce cas ils ne sont pas tenus de passer la nuit à Mina après le coucher du soleil.

Cependant, ceux qui veulent rester trois (3) jours doivent effectuer le lancement des trois jamarates le 13ème jour et rentrer à La Mecque le même jour.

LES IRREGULARITES EN LANÇANT LES PIERRES

  • Certains croient qu'ils jettent les pierres à Satan (au diable lui même). De ce fait,

ils les jettent avec colère, accompagné d'injures adressées au diable. En réalité, Allah n'a institué le jet des pierres que pour sa simple adoration. 

  • Accomplir le jet des pierres (Jamarates) au moyen de gros cailloux, avec des chaussures ou avec des morceaux de bois. Tout cela est une exagération dans la religion, formellement interdite par le Prophète (Béni soit-il).
  • Les bousculades et les querelles au niveau des Jamarates lors du jet des pierres, sont des erreurs graves. Ce qui est exigé du musulman c'est d'avoir pitié de ses frères et de lancer les pierres à partir d'un endroit approprié afin qu'elles touchent la barre. 
  • Jeter toutes les pierres en un seul coup. Dans ce cas précis, le pèlerin est réputé avoir lancé une seule pierre. Ce qui est prescrit c'est de lancer les pierres une à une et dire Allahou Akbar au moment de lancer chaque pierre.

LES IRREGULARITES EN LANÇANT LES PIERRES

  • Certains croient qu'ils jettent les pierres à Satan (au diable lui même). De ce fait, ils les jettent avec colère, accompagné d'injures adressées au diable. En réalité, Allah n'a institué le jet des pierres que pour sa simple adoration. 
  • Accomplir le jet des pierres (Jamarates) au moyen de gros cailloux, avec des chaussures ou avec des morceaux de bois. Tout cela est une exagération dans la religion, formellement interdite par le Prophète (Béni soit-il).
  • Les bousculades et les querelles au niveau des Jamarates lors du jet des pierres, sont des erreurs graves. Ce qui est exigé du musulman c'est d'avoir pitié de ses frères et de lancer les pierres à partir d'un endroit approprié afin qu'elles touchent la barre. 
  • Jeter toutes les pierres en un seul coup. Dans ce cas précis, le pèlerin est réputé avoir lancé une seule pierre. Ce qui est prescrit c'est de lancer les pierres une à une et dire Allahou Akbar au moment de lancer chaque pierre.

Après avoir lancé les pierres de Aquaba et s'être rasé ou coiffé, le pèlerin pourra se libérer temporairement. Ils lui seront alors autorisés tous les actes interdits pendant la sacralisation (à l'exception des rapports sexuels avec sa ou ses épouse(s).

6. LE TAWAF IFADHA

Le Tawaf Ifadha est un pilier du pèlerinage sans lequel le pèlerinage n'est pas valable.

Le matin, après avoir lancé les pierres de la Grande Jamarate, le jour de la fête, le pèlerin va à La Mecque si possible pour effectuer les sept tours de la Kaaba en guise de Tawaf Ifadha (le tawaf après Arafat) et accomplir ensuite les sept tours du Sa'y, qu'il s'agisse d'un pèlerin Tamatou'ou, Quarine ou Mounefarid qui n'ont pas encore effectué le Sa'y au moment où ils effectuaient leur Tawaf d'arrivée.

Il est permis de retarder le Tawaf El Ifadha jusqu'après le séjour de Mina.
Quand le pèlerin finit de jeter les pierres, de se raser et d'effectuer le Tawaf El Ifadha, tous les actes interdits pendant la sacralisation lui seront autorisés y compris les rapports sexuels avec sa ou ses épouse(s).
Le pèlerin retourne à Mina pour respecter le délai des jours de TACHRIQ

7. LES JOURS DE TACHRIQ A MINA

Les jours de tachriq commencent à partir de la nuit du 11ème jour (la nuit qui vient après la fête de Tabaski), jusqu'à la nuit du 13ème jour de Zoul Hidja.

Après avoir accompli le Tawaf El Ifadha le jour de la fête, le pèlerin retourne à Mina pour y passer les trois nuits des trois jours de tachriq ou pour y passer les deux premières nuits pour ceux qui sont pressés, conformément à la parole d'Allah - exalté soit - il : « Et invoquez Allah pendant un nombre de jours déterminés. Ensuite, il n'y a pas de péché pour qui se comporte en piété, à partir au bout de deux jours, à s'attarder non plus. Et craignez Allah. Et sachez que c'est vers lui que vous serez rassemblés » Chapitre 2 verset 203 (La Vache).
A la fin des jours de tachriq les pèlerins regagnent définitivement La Mecque pour accomplir leurs tawafs :

  • Tawaf ifada : pour les pèlerins qui ont retardé leur Tawaf jusqu’à la fin de leur séjour à Mina
  • Tawaf d’Adieu : tous les pèlerins accomplissent leur tawaf d’adieu avant de regagner leur pays.

8. LE TAWAF D'ADIEU

Après avoir quitté Mina et, avant le départ pour leur pays, les pèlerins se rendent à La Mecque en vue d'effectuer le Tawaf d'Adieu autour du Sanctuaire, tel que mentionné par le Prophète (Béni soit-il) qui dit : « Que personne parmi vous ne quitte La Mecque sans que la Maison Sacrée ne soit pour lui le dernier lieu à visiter » Hadith authentique.

Le Tawaf d'adieu est le toute dernier rite du pèlerinage. Le pèlerin l’accompli quand il est sur le point de retourner (chez lui) au pays. Exception est faite pour les femmes en menstruation et en couche. 

Conclusion 

Que les pèlerins, pendants les moments difficiles du pèlerinage se souviennent de ces paroles d’Allah exalté soit-il : « le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l’on se décide de l’accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage. Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, Ô doués d’intelligence ! » Sourate 2 (la vache) verset 197.

3ère PARTIE : RAPPEL DES ACTES FONDAMENTAUX INTERDITS AU PELERIN

1. ACTES INTERDITS PENDANT LA SACRALISATION

A partir de la sacralisation aux endroits indiqués, certains actes sont interdits aux pèlerins (qu'il s'agisse de l'Oumra ou du Hadj) :

  • Se coiffer les cheveux ou se tailler les ongles ; mais, quand une partie de la chevelure ou un ongle tombe de lui même ou si le pèlerin coupe une partie de sa chevelure ou un de ses ongles involontairement ou en méconnaissance de la règle applicable en la matière, il n'est tenu à aucune réparation.
  • Se parfumer le corps ou le vêtement, mais, lorsque le corps sent bon à cause d'un parfum que le pèlerin a dû toucher ou utiliser avant la sacralisation, il n'est soumis à aucune réparation. Mais lorsqu'une trace du parfum se trouve sur son vêtement, il doit le laver.
  • Se couvrir la tête (il s’agit des hommes) par la tenue de sacralisation ou par toutes autres choses qui pourraient voiler la tête tels que le châle, le turban. Mais, lorsque le pèlerin couvre la tête sans s'en rendre compte ou en méconnaissance de la règle applicable en la matière, il n'est tenu à aucune réparation, sauf qu'il doit l'enlever lorsqu'il s'en rendra compte ou  prendra connaissance de la règle juridique en la matière.
  • Porter des habits cousus (il s’agit des hommes) pouvant couvrir tout le corps ou en partie tels que la chemise, le pantalon, le burnous, mais lorsque le pèlerin ne dispose d'aucun pagne, II lui est alors permis de porter un pantalon, de même, il lui est permis de porter les pantoufles lorsqu'il ne dispose pas de sandales.
  • Promettre ou conclure un mariage pour lui-même ou pour autrui, se livrer au rapport sexuel pour en tirer jouissance. A cet effet, Uthman (Qu'Allah l'agrée) rapporte du Prophète (Béni soit-il) : « En situation de sacralisation, il est interdit au pèlerin de marier, de se marier et de faire une promesse de mariage »
  • Il est interdit aux femmes pendant la sacralisation de porter les gans à la main ou de couvrir le visage par le voile. Mais quand elles se trouvent face aux hommes étrangers, elles sont tenues alors de se voiler le visage comme d'habitude.
  • Il est ensuite interdit au musulman qu'il soit en état de sacralisation ou non de ramasser une chose à terre dans la ville Sainte de La Mecque tels que les monnaies, l'or et l'argent, sauf s'il a l'intention d'en identifier le propriétaire.
  • Il est interdit à tout musulman et à toute musulmane, en état de sacralisation ou non de tuer ou de faire la chasse au gibier ou même d'aider quelqu'un dans ce sens à l'intérieur du périmètre du Haram (périmètre sacré de La Mecque). En outre, il est formellement interdit à tout musulman en état de sacralisation de faire la chasse au gibier à l'intérieur et à l'extérieur du périmètre du Sanctuaire de la Kaaba.
  • Il est interdit au musulman en état de sacralisation ou non de couper les arbres du Harem ou d'en cueillir les fruits qui existent sans l'intervention humaine.

2. ACTE INTERDIT AU JOUR D’ARAFAT

  • Quitter Arafat avant le coucher du soleil.

3. ACTE INTERDIT A MUZDALIFA

  • Partir à la recherche des cailloux avant l'accomplissement des deux prières de Maghrib et d’Icha'a ensemble et raccourcies.

4. ACTES INTERDITS EN LANÇANT LES PIERRES

  • Ramasser de gros cailloux (le pèlerin doit ramasser de petits cailloux, ressemblant au pois chiche.
  • Jeter toutes les pierres en un seul coup. Dans ce cas précis, le pèlerin est réputé avoir lancé une seule pierre. Ce qui est prescrit c'est de lancer les pierres une à une et dire Allahou Akbar au moment de lancer chaque pierre.

4ème PARTIE : 

Les bénédictions du Hadj, l'Umra et la visite de Medine

L’INVOCATION DU VOYAGE :
(دُعَاءُ السَفَرِ)

Quand le pèlerin s’installe sur son moyen de transport, il récite cette invocation. Elle est d’ailleurs valable pour toute personne qui utilise une monture pour se déplacer (avion, voiture, moto et autres) :

Allahou Akbar (3fois)
Soubhana lazi sakhara lana Haza wa ma counna lahou moukhriniina wa inna ila  rabbina lamounkalibouna (sourate 43, verset 13).

Allahoumma inna nas-alouka fi safarina haza albirra wa attaqwa wa minal amali maa tardaa, allahoumma hawine alaynaa safarana haza watwi anna bou’dahou , Allahoumma anta sahibou fi assafari wa alkalyfatou fi al ahali Allahoumma inni a- ouzou bika min wa aça’i assafari wa ka aabati al Manzari wa sou’i-almounkaalabi fi al maali wa al ahali.

Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, Allah est le plus grand.
Gloire à celui qui nous a soumis ceci alors que nous n’étions pas capables de le dominer et vers notre Seigneur nous retournons, sourate 43 Az-zuhruf, (l’ornement), verset 13.

Ô Allah nous vous demandons au cours de ce voyage, la piété et les bonnes œuvres. Ô Allah ! facilite et raccourcit pour nous notre voyage. Ô Allah : tu es le compagnon au cours du voyage et l’espoir dans la famille. Ô Allah ! je vous demande protection contres les difficultés (la fatigue) du voyage, la dégradation de l’apparence et le renversement négatif de situation financière et sociale.

L’INVOCATION DEVANT LA TOMBE DU PROPHETE (S W)

wa djaahadta fi allahi hacka djihaadihi hatta ataaka al yakhynou. Allahoumma solli alaa Mouhammadin wa alaa aali Mouhamadin, Kamaa solleyta alaa Ibrahima wa alaa aali Ibrahima wa barik alaa Mouhammadin wa alaa ali Mouhadin Kamaa baarakcta alaa Ibrahima wa alaa aali Ibrahima fil aalamiina Innaka hamiidoun Madjiidoun.

Paix sur Toi, Ô le Messager d’Allah, salut et bénédiction sur Toi. J’atteste que Tu as transmis le message, accomplis la mission, conseillé la Oummat et lutté réellement dans le sentier d’Allah jusqu’à Tes derniers jours, Ô Allah ! Prie sur  Mohammad et sur les membres de sa famille comme Tu as prié sur Abraham et sur les membres de sa famille, accorde ta baraka à Mohammad et aux membres de sa famille comme Tu as accordé Ta baraka à Abraham aux membres de sa famille. Tu es décidément le glorifié et le digne de louange dans l’univers.

L'INVOCATION DEVANT LA TOMBE DE ABOUBACR :

Assalamou Alayka ya ababacr, ya khalifata Rassoulillahi, Allahoumma igfir Lahou, war-hamhou, warda an-hou.

Paix sur toi, Aboubacar, le calife du messager d’Allah. Ô Allah ! pardonne lui et accorde lui Ta miséricorde et Ton agrément.

L’INVOCATION DEVANT LA TOMBE DE OUMAR

Assalamou Alayka ya amiira al mouminina Oumar Ben Al Khattabi, Allahoumma igfir lahou, warhamhou, warda anhou.

Paix sur toi, le prince des croyants, Oumar BEN KHATAB. Ô Allah ! pardonne lui et accorde lui ta miséricorde et ton agrément.

L’INVOCATION DU CIMETIERE DE BAKYA ET AUTRES CIMETIERES :

Asalaamou Alaykoum ya ahala addiyaari mina al mouminina, wa al mouslimiina, wa innaa Incha allahou bikoum laahikhouna yarhamou allahou al moustakhdimiina minna wa al moustaakhryna.

Paix sur vous, Ô habitants des tombes parmi les croyants et les musulmans. Nous vous y rejoignons s’il plaît à Allah. Qu’Allah accorde Sa miséricorde aux premiers arrivants et derniers arrivants parmi nous.

L’INVOCATION JUSTE APRES LA PRISE DE L’IHRAM
(Namou) à la sortie de médine :

Labayka allahoumma Oumratan.

Me voici pour l’Oumrat

L’INVOCATION A DIRE A TOUT MOMENT APRES LA PRISE DE L’IHRAM :

Labbayka Allahoumma labbayka, Labbayka laa chairika laka labbayka, Inna al hamda wa anniimata laka wal moulka laa chariika laka.

Me voici, mon Seigneur, me voici. Tu es le seul unique sans associé, me voici. C’est à toi qu’appartiennent la gloire, les bonnes grâces et le pouvoir. Tu es le seul unique sans associé.

L’INVOCATION AU NIVEAU DE LA PIERRE NOIRE EN COMMENÇANT LE TOUR DE LA KAABA :

Bismillahi wa allahou akbar

Au nom d’Allah, Allah est le plus grand.

L’INVOCATION A DIRE ENTRE LE DERNIER COTE DE LA KAABA ET LA PIERRE NOIRE :

Rabbanaa aatinaa fi dounyaa hassanatan, wa fil akhrati hassanatan wa khina azaba annari.

Ô Seigneur ! accorde nous belle part ici-bas et belle part aussi dans l’au-delà et protège nous du châtiment du feu.

Rabbanaa laa touzig khouloubannaa baada iz hadaytananaa, wa hab lanaa mine ladoun-ka rrahmatan Innaka anta al wahaab
Ô Seigneur ! ne laisse pas dévier nos cœurs après que tu nous aies guidés et accorde nous Ta miséricorde c’est Toi, certes le grand donateur.

L’INVOCATION AVANT DE MONTER SUR SAFA :

(Inna assafaa wal marwata mine cha-aairi llahi) Abda-ou bimaa bada-allahou bihii.

(Décidément, Safa et Marwa font parti des signes d’Allah). Je commence là où Allah a commencé.

L’INVOCATION A DIRE SUR SAFA ET SUR MARWA :

Allahou akbar (3fois) laa ilaaha illaa allahou wahadahou laa chariika lahou, lahoul moulkou wa lahoul hamdou youh-yi wa youmytou wa houwa alaa koulli chay-ine kadyroune, laa ilaaha illa allahou wahadahou laa chariika lahou, an-djaza wa-adahou wa nassora abdahou wa hazama Al ahzaaba wahdaou,
Rabbanaa aatiinaa fi addounyaa hassanatan, wa fil aakhirati hassanatan wa kinaa azaaba annaari,
Rabanaa laa touzig kouloubanaa baada iz hadaytanaa, wa hab lanaa mine ladounka rahamatan innaka anta al wahaab (3fois).

Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, il n’y a point de divinité qu’Allah. Il est seul unique sans associé. C’est à lui qu’appartiennent le pouvoir et la gloire. Il donne la vie et la mort. C’est lui l’omnipuissant, il n’y a point de divinité qu’Allah, il est seul sans associé. Il a tenu sa promesse, aidé son esclave et vaincu lui seul les groupes coalisés.
Ô Seigneur ! accorde nous belle part ici-bas et belle part aussi dans l’au-delà et protège nous du châtiment du feu.
Ô Seigneur ! ne laisse pas dévier nos cœurs après que tu nous aies guidés et accorde nous ta miséricorde. C’est toi, certes le grand donateur (3 fois).

L’INVOCATION AU COURS DE LA MARCHE ENTRE SAFAA ET MARWA :

Rabbi igfir warham innaka anta al a-azou wa al akram.

Seigneur pardonne moi et accorde moi ta miséricorde. Tu es certes le plus grand et le plus glorieux.

L’INVOCATION A DIRE JUSTE APRES LA PRISE DE L’IHRAM POUR LE HADJ :

Labbayka Allahoumma hadjan. Me voici pour le Hadj.

QUELQUES INVOCATIONS SELECTIONNEES PREFEREES A ARAFAT ET SUR TOUS LES LIEUX SAINTS :

Laa ilaaha illa allahou wahadahou laa chariika lahou, lahoul moulkou wa lahoul hamdou youh-yi wa youmitou wa houwa alaa koulli chay-ine kadyroune.

Il n’y a point de divinité qu’Allah, il est le seul sans associé, c’est à lui qu’appartiennent le pouvoir et les louanges. Il donne la vie et la mort. Il est l’Omnipuissant.

Rabbanaa atînaa fi addounyaa hassanatan, wa fil akhirati hassanatan wa khinaa azaaba naari Sourate 2 (al-Baqhara, la Vache) verset 201.

Ô Seigneur ! accorde nous belle part ici-bas et belle part aussi dans l’au-delà et protège nous du châtiment du feu.

Rabanaa laa touzig khouloubanaa baada iz hadaytanaa, wa hablanaa mine ladounka rahamatan innaka antal wahaab Sourate 3 (Al-Imran, la famille d’Imran) verset 8.
Ô Seigneur ! ne laisse pas dévier nos cœurs après que tu nous aies guidés et accorde nous ta miséricorde. Tu es certes le grand donateur.

Rabbanaa zalam – naa anfoussanaa wa in lam tagfir lanaa wa tarhamnaa la nakounanna minaalkhassiryna (Sourate 7 Al-A’araf) verset 23.

Ô notre Seigneur, nous avons fait du tort à nous mêmes. Et si tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde, nous serons très certainement du nombre des perdants.

Laa ilaaha illaa anta soub-haanaka inny kountou minazzolimyna (Sourate 21Al-Anbiya’, les Prophètes) verset 87.
Pas de divinité à part toi ! pureté à toi ! J’ai été vraiment du nombre des injustes.

Rabby igfir ly wa liwaalidayya wa ir-hamhoumaa kamaa rabbayaani soguiiran.

Ô Seigneur pardonne à mes deux parents et accorde leur ta clémence comme ils l’ont été pour moi quand j’étais tout petit.

Rabbanaa hab lanaa min-azwaadjinaa wa zouryaatinaa kourrata a-ayounine, wadj-alnaa lilmoutakyna Imaaman (Sourate 25 Al-Furqâne, le discernement) verset 74.
Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, Fait de nous un guide pour les pieux.

Allaahoumma aslih lanaa dynana alazy houwa ismatou oumouranaa, wa aslih lanaa doun-yaanaa allaty fyhaa ma-aachounaa, wa aslih lanaa aakratanaa allaty fyhaa ma-aadounaa, wa a-djialil hayaata zi yaadatan lanaa fy koulli kayrine, wa almawta raahatan lanaa mine koulli charine.
Ô Alla ! ajuste pour nous notre religion, qui est la protectrice de nos affaires et notre vie d’ici-bas qui est l’espace de notre subsistance et notre vie dans l’au-delà qui est notre destination. Ô Allah ! rend la vie pour nous un surcroît de bonheur  et la mort une libération pour nous de toute souffrance.                                                                                                               

 


© Maison du Hadj
Tél. (+223) 20 29 50 98  -  Fax : (+223) 20 29 50 65